top of page
  • Photo du rédacteurJudith Gleba-Kressmann

Quel est le Meilleur Traitement Contre le TOC Chez les Enfants ?

Écrivain et expert clinique : Jerry Bubrick, PhD


Le traitement de référence dont nous disposons pour le TOC et les troubles associés est une sorte de thérapie cognitivo-comportementale appelée « exposition avec prévention de la réponse ». Essentiellement, nous aidons les enfants à surmonter leurs peurs en les faisant affronter leurs peurs directement. Les troubles anxieux, en général, sont entretenus grâce à l’évitement. Donc, si quelqu’un a peur de quelque chose ou si cela lui cause de l’anxiété, il voudra l’éviter. Et l’éviter temporairement atténue leur anxiété ou empêche leur anxiété de se manifester, mais cela crée et entretient en réalité leur anxiété au fil du temps.

En exposition avec réponse préventive, au lieu d’éviter la situation (puisque cela vous aggrave à long terme), vous apprenez à affronter votre peur sur le moment, de manière très structurée et systématique. Ce faisant, les enfants atteints de TOC s’habituent à l’anxiété et celle-ci s’estompe.

S'habituer aux déclencheurs d'anxiété

L'exposition avec prévention de la réponse (qui est aussi parfois appelée thérapie d'exposition) fonctionne à travers un phénomène appelé « habituation », dans lequel votre corps s'adapte essentiellement à tout ce qu'il craignait ou auquel il avait du mal à s'adapter. Nous voyons la même chose avec tous les différents sens. Par exemple, par une journée chaude, si vous sautez dans une piscine froide, votre corps ressentira la température de l’eau. Mais si vous restez dans l’eau, avec le temps, votre corps finit par s’y habituer. La température reste la même, mais votre corps s'adapte.

La même chose se produit avec le TOC. Lorsque nous présentons systématiquement et lentement aux enfants des choses qui leur font peur, ils ressentent de l'anxiété, mais ils apprennent ensuite à s'y habituer ; ils apprennent à s’adapter sans recourir à des contraintes, et cela ne les dérange plus.

Comment fonctionne la thérapie d’exposition ?

La première étape consiste à identifier les déclencheurs. Nous concevons une « hiérarchie de peurs » – une série de défis progressifs, dont chacun est tolérable et qui, ensemble, conduisent à des progrès significatifs. Au lieu de penser en termes noirs et blancs – je ne peux pas toucher à quelque chose de sale – on demande aux enfants de considérer les degrés de difficulté. Nous pourrions par exemple demander à un enfant ayant des craintes de contamination : « Sur une échelle de 1 à 10, serait-il difficile de toucher la poignée de porte avec un seul doigt ? Toucher et ouvrir la porte ? En évaluant ces différentes peurs, les enfants se rendent compte que certaines sont moins extrêmes et plus gérables qu’ils ne le pensaient.

Ensuite, nous exposons l’enfant au déclencheur sous sa forme la plus douce possible. Pour un enfant obsédé par les germes, il peut commencer par un déclencheur de faible niveau, comme toucher des serviettes propres, et passer à des déclencheurs plus difficiles, comme tenir quelque chose dans la poubelle. Cela leur permet de vivre l’anxiété et la détresse sans recourir à des compulsions, avec le soutien du thérapeute. En faisant face à leurs déclencheurs, les enfants apprennent à tolérer leur anxiété et, au fil du temps, ils découvrent que leur anxiété a en fait diminué.

Traitement du TOC sévère

Bien que le traitement principal du TOC soit la thérapie d'exposition, les enfants atteints de cas plus graves sont souvent également traités avec des médicaments. Une classe d’antidépresseurs appelés ISRS, ou inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, peut être utilisée pour aider à réduire l’anxiété d’un enfant. Cela peut aider l’enfant à mieux réagir à la thérapie.

Certains enfants peuvent également avoir besoin d’un traitement plus intensif. Des séances de thérapie hebdomadaires, voire bihebdomadaires, pourraient ne pas être suffisamment efficaces. Les programmes intensifs de traitement du TOC permettent aux enfants d’être vus plusieurs fois par semaine, réduisant ainsi le traitement et

aidant les enfants à réaliser davantage de progrès plus rapidement. Ces programmes peuvent avoir un effet transformateur sur les enfants aux prises avec un TOC grave et peuvent souvent éviter l’hospitalisation.


Commentaires


bottom of page